10 stress de la rentrée (et leur solution)

À l'aube de la rentrée, on a la tête qui bourdonne : on tente de digérer nos vacances et de se replonger dans le rythme du boulot ou de l'école. Pour vous aider à passer au travers de cette période charnière, voici 10 stress de la rentrée et leur solution associée.

Prête à reprendre le rythme?

À l'aube de la rentrée, on a la tête qui bourdonne : on tente de digérer nos vacances et de se replonger dans le rythme du boulot ou de l'école. Pour vous aider à passer au travers de cette période charnière, voici 10 stress de la rentrée et leur solution associée.

1 de 10

La fin des vacances

Alors que vous entrez à peine dans une période de sérénité, voici que vos vacances se terminent abruptement? Frustrant! Pire, vous revenez de vos semaines de congé encore plus fatigué qu'auparavant? Rien de réjouissant...

Pour vos prochaines vacances, plutôt que de visiter 10 villes européennes en 15 jours, peut-être vous prévoir du temps pour relaxer? Au fait, vos vacances étaient-elles adaptées à vos besoins et à vos envies?

Pour minimiser le stress du retour, il peut être judicieux de se réserver deux à trois jours pour se remettre du décalage horaire et pour décanter le voyage. Avoir un peu de temps devant soi pour se préparer (épicerie, lavage, ménage, etc,), voici une délicatesse pour vous aider à arriver « frais et dispo » au boulot.

2 de 10

Appréhender le retour... des problèmes!

Pendant vos vacances, vous vous étiez promis de trouver des solutions concernant différentes problématiques de votre travail ou de votre routine. À l'approche de la rentrée, le stress vous assaille : vous n'avez pas pris une seconde pour faire ce remue-méninges, porteur de nouvelles façons d'être et de faire.

Plutôt que de vous taper sur la tête, réfléchissez sur les raisons de cette procrastination. Peut-être n'êtes-vous pas si mal dans cette situation... cet immobilisme serait-il rassurant?

Désiriez-vous réellement du changement? Si vous répondez par l'affirmative, prenez courage à deux mains et listez vos irritants. Puis tel un jeu, tâchez de trouver une solution pour chacun d'eux, sans viser la perfection. Profitez de cet instant de recul pour vous adonner à cet exercice. Plutôt qu'écrasant, votre retour au boulot pourrait être des plus stimulants!

3 de 10

Un vent de panique face à l'inconnu?

Hélène, une professionnelle dans la mi-trentaine, s'inquiète pour son garçon de 5 ans, qui s'apprête à entrer à la maternelle. Se fera-t-il des amis? Sera-t-il assez stimulé? Lui qui a tant besoin d'attention, saura-t-il s'adapter? Dans quel état est-ce que je viendrai le chercher le soir? Tant de questions qui tourmentent la jeune maman, à l'aube de la rentrée scolaire.

Le psychologue Jérome Lapalme, spécialisé dans les troubles anxieux, rappelle l'importance de faire confiance en les capacités de l'enfant. « Votre rôle, en tant que mère, c'est de lui offrir un environnement sécurisant, prévisible, explique le spécialiste. C'est ainsi que vous pourrez composer avec le caractère imprévisible de votre enfant. Au moins il pourra se dire : une fois à la maison, je sais ce qui va se passer. Maman sera là. Elle va me soutenir là-dedans. Il peut être bénéfique de développer ce mécanisme de support. On ne peut pas contrôler ce qui se passe à l'école, alors faites confiance à votre enfant pour dealer avec ça, et concentrez-vous à lui donner un cadre. » Ne dit-on pas d'ailleurs que l'amour et l'écoute sont les meilleurs remèdes?

4 de 10

Avoir à reprendre le rythme

« Avoir à se remettre en action, c'est un stress en soi!, indique Noémie, une jeune graphiste dans la mi-vingtaine. Après avoir passé des semaines à faire du plein air, avoir à me retrouver devant un ordi de 9h à 17h, ça a de quoi me rendre folle!, soutient-elle. Mais j'en ai pour deux semaines à me rappeller à quel point j'étais donc bien sur ma rivière au milieu de nulle part, puis je finis par retrouver mon rythme de croisière! »

Un conseil de pro pour relâcher la pression à la rentrée? Selon le psychologue français Frédéric Chapelle, il est bon de « se souvenir que ce stress-là, on l'a déjà connu, comme chaque année, et qu'on a réussi à le surmonter », disait-il dans le magazine Psychologies. Même si vous avez du mal à vous adapter durant les premiers jours, dites-vous que comme par magie, la machine se remettra en marche. De la nostalgie au retour? Normal... laissez-vous simplement un temps d'ajustement!

5 de 10

Le retour des embouteillages

Les bouchons sur la route vous horripilent et font monter votre stress-o-mètre. Pour vous aider à y remédier, deux choses l'une : soit vous tentez de trouver des solutions pour éviter le trafic, soit vous essayez de changer d'attitude.

Dans le premier cas, il s'agit de mettre de l'avant des stratégies comportementales. Par exemple? Vous pouvez demander à votre employeur de remanier votre horaire pour éviter les périodes de pointe ou lui proposer de travailler quelques jours par semaine à partir de la maison. Est-ce que le covoiturage serait une option valable? Un autre itinéraire ou un moyen de transport alternatif (train de banlieue, vélo, marche, bus ou métro) pourraient-ils vous épargner ce stress?

Deuxième stratégie, on essaie de se débarrasser des pensées qui nous font faire du surplace. « Au lieu d'avoir des pensées liées au fait qu'on est pris dans le trafic, on essaie de porter son attention sur ce qui est sous notre contrôle, explique le psychologue Jérome Lapalme. On utilise notre esprit comme un filtre pour éliminer les pensées improductives. Pris sur le milieu d'un pont : bien qu'il soit possible que mon auto tombe en panne, je tente d'éliminer cette pensée... je n'ai pas de contrôle là-dessus! »

Et puis, on peut voir les choses du bon côté : en route, on a plein de temps pour soi. On peut se préparer des pistes de lecture de sa musique préférée ou de relaxation, on écoute un passionnant roman (livre audio) ou on syntonise une émission humoristique à la radio. Le but de la démarche: tant qu'à être coincé en voiture, autant avoir du bon temps!

6 de 10

Avoir à se fixer de nouveaux objectifs

« Avec la rentrée, je vois la pression de mettre en action les bonnes résolutions prises durant les vacances, se confie une jeune enseignante au primaire. On dirait que j'appréhende de retomber dans des patterns liés à des mauvaises habitudes de vie, acquises en raison du manque de temps ou du manque de périodes de réflexions ».

Comment définit-on un bon objectif : il est réaliste, atteignable, stimulant et organisé dans le temps. Des objectifs trop ambitieux risquent de vous énerver plus que vous motiver, limitant ainsi vos chances de succès. Soyez donc indulgents envers vous-même! Pour vous soutenir dans votre démarche, consultez l'ouvrage Autocoaching efficace - Un programme en 4 étapes pour un nouveau départ, par Yann Coirault, aux éditions de L'Homme (2011).

7 de 10

Un stress de nature... vestimentaire?

Pendant vos vacances, vos habitudes alimentaires ont grandement changé. Résultat : vous avez pris du poids ou vous en avez perdu beaucoup? Quelques nouvelles pièces dans votre garde-robe s'imposeraient-elle? Vous stressez parce que vous n'avez pas d'inspiration le matin quand vient le temps de vous habiller?

Voici quelques solutions en vrac :
- Trouvez-vous un(e) styliste professionnel
- Identifiez ce dont vous avez besoin en priorité et ajustez votre budget en conséquence
- Partez faire quelques emplettes, les friperies étant un bon choix pour des économies
- Organisez une séance d'échange de vêtements et de conseils mode avec des copines
- Lisez (ou relisez!) : Un relooking en 7 étapes faciles

8 de 10

Avoir peur d'avoir peur?

Vous anticipez les 1001 stress associés à la rentrée. Malgré tous vos efforts, vous n'arrivez pas à chasser cette anxiété?

Selon le psychologue Jérome Lapalme, il ne faut pas combattre le stress à tout prix.
« Pour les gens atteints de troubles anxieux, la majorité de l'anxiété est lié à l'anticipation d'une situation anxiogène, c'est-à-dire susceptible de générer du stress. Pourtant, le stress de premier niveau, qui peut représenter moins de la moitié, est considéré comme étant normal : devant un événement relativement perturbant (rentrée scolaire, nouveau travail, présentation orale, etc.), on peut avoir les mains moites, ressentir de l'agitation, etc. En introduisant la notion d'acceptation, on évite tout ce qui se passe avant cet événement! »

Comme il le rappelle, le stress fait partie de la vie; il faut le vivre pleinement et le percevoir comme une expérience qui s'ajoute à notre feuille de route, ni plus ni moins!

9 de 10

Maudite routine!

Vous pestez contre le retour de la routine, alors que vous vous sentiez libre comme l'air en vacances? En observant les bons côtés de cette routine, peut-être en ferez-vous une alliée?

« Avoir un horaire régulier peut être un excellent moyen de minimiser les réactions liées au stress », avance le psychologue Jérome Lapalme, spécialisé dans les troubles anxieux. Il conseille de se lever et de se coucher à des heures régulières, de manger à des heures fixes et d'avoir une saine hygiène de vie. Autant que possible, on essaie de faire de l'exercice physique et on s'adonne à des techniques de relaxation...

10 de 10